Sur ce blog : 47 articles et 7 pages. Dernière publication : 10/06/2018.

Les déclinaisons de l’empathie

 
Informations sur le café psycho
Thème Les déclinaisons de l’empathie
Lieu Le restaurant « Les Coulondrines » à Saint Gély du Fesc
Date et horaires le jeudi 16 mai 2013
de 18 h 30 à 20 h
Animation Françoise Mariotti
Cadre

Le café psycho est un café de discussion sous la forme d’une conférence-débat, organisé par l’association PSYC & GENRE, créée par Françoise Mariotti.

Mots-clés café, empathie, émotion, compassion, affection, relation, aide, partage

Dans cet article, j’écris quelques mots pour partager mes réflexions et sentiments personnels sur une sortie culturelle : un café psycho, auquel j’ai participé. Le thème du jour était Les déclinaisons de l’empathie.

Cette sortie a eu lieu en mai 2013. J’écris donc ces mots plus de quatre ans plus tard. Souvenirs, souvenirs… 🙂

­

Le contexte du café

Mon objectif personnel : comprendre ce qu’est l’empathie dans une relation interpersonnelle.

Mon questionnement avant de venir :

  • Quel lien avec le processus d’identification ? La distance à l’autre ?
  • Et les émotions ? Comment sont-elles vécues, ressenties par les deux personnes (l’autre et la personne elle-même) ?
  • L’empathe peut-il souffrir de cette relation à l’autre ?

Le café dans un contexte historique : il s’inscrit selon moi dans une certaine logique, sinon une logique certaine 🙂

Dans l’ordre des cafés psycho (année 2013), ça donne :

  • Comment vivre après un traumatisme ?
  • Psychothérapie, développement personnel, quelle différence ?
  • Les déclinaisons de l’empathie.
  • A quoi sert l’humour ?

Une réponse possible (pour moi) : un trauma survient, la personne touchée est blessée, son bien-être disparaît, elle suit une psychothérapie pour soigner la blessure induite par le trauma, un bien-être réapparaît (ou un mieux-être), un développement personnel suit pour consolider le bien-être de la personne, « les empathies » pour bien être avec les autres et l’humour comme un moyen de sublimer son état pour être bien ?

 

Quelques définitions

Définition du dictionnaire Le petit Robert :
de en- « dedans » et -pathie « ce qu’on éprouve », en- Élément, du latin in- et im-, de in « dans », servant, avec le radical substantif qu’il précède, à la formation de verbes composés (devient em- devant b, m, p) : emboîter, emmancher, emprisonner, enterrer. -pathie, -pathique, -pathe Groupes suffixaux, du grec -patheia, -pathês, de pathos « ce qu’on éprouve » : antipathie, apathique, névropathe. Philosophie, psychologie: Faculté de s’identifier à quelqu’un, de ressentir ce qu’il ressent.

 

Selon Carl Rogers :
« L’empathie consiste à saisir avec autant d’exactitude que possible, les références internes et les composantes émotionnelles d’une autre personne et à les comprendre comme si l’on était cette autre personne. »

Remarque personnelle : le « comme si » est très important dans la définition. C’est là la difficulté à mon sens : continuer à être soi dans la relation même si on pénètre l’univers d’une autre personne. Je trouve plus simple de se laisser pénétrer par l’univers de l’autre. Pas toujours facile. Etre dans la délicatesse.

 

Ce qui m’a marquée durant le café

  • La distinction importante à faire entre empathie et compassion. Dans l’empathie il n’y a que la compréhension de ce que vit l’autre sans l’éprouver soi-même.
  • La contagion émotionnelle
  • L’empathie est une qualité pour un.e thérapeute.
  • L’empathie est une des trois conditions facilitatrices de l’ACP. Elle est donc aidante pour le développement d’une personne 🙂
  • Etre doté d’une capacité intellectuelle de transposition.
  • Pouvoir se mettre « hors-je », être dans la juste proximité (merci Françoise !). Pouvoir faire de la place à l’autre. Attention donc à la place de l’ego dans l’écoute.
  • Etre distinct sans être distant. Il ne doit donc pas avoir ni identification, ni coupure émotionnelle.
  • « Pouvoir faire asseoir l’autre » : une expression dite par une participante du café.
  • Attention à la manipulation. L’empathie peut être (tristement) utilisée à mauvais dessein. L’empathie n’est pas bienveillante en soi.

 

Mon regard personnel sur l’empathie

Je la trouve utile dans mon quotidien. Pour comprendre les personnes qui m’entourent. Pour être en paix, en harmonie sans être troublée par les émotions qui ne m’appartiennent pas.

L’empathie, quel beau cadeau à faire à une personne ! Pouvoir lui faire sentir qu’elle est comprise. Pourquoi un cadeau ? Car on sait que comprendre l’univers d’une autre personne est difficile (il est unique et peut être complexe) alors quand on essaie avec bienveillance et la juste délicatesse, la personne apprécie généralement la démarche 🙂

Je considère l’empathie comme une caractéristique importante de l’être humain, peut-être nécessaire à sa survie, à son évolution. Un prérequis pour la coopération entre les personnes ?

Avec l’envie de partager,

Sonia Kanclerski

Article mis à jour le 10/07/2017.