Auschwitz, 70 ans et…

Entrée d'Auschwitz I près de la ville d'Oświęcim en Pologne.

🔗 Bibi595. Creative Commons CC BY-SA 3.0.

Une cicatrice indélébile : l’homme a été si inhumain un jour… Enfers. Hurlements. Déchirements. Horreurs. Du sang et des larmes. « Le camp de la Mort » sur notre Terre.

Une journée d’été 1991 (j’ai alors 13 ans), j’ai visité Auschwitz : le plus grand camp de concentration et d’extermination du Troisième Reich. Il est situé dans le sud de la Pologne (pays natal de mes deux parents), à environ 60 km à l’ouest de Cracovie.

Ce qui m’a marquée :

  • l’atmosphère pesante,
  • les preuves de la barbarie : cheveux, chaussures, dents en or, poupées d’enfants,
  • les tortures par les barbares soi-disant m.é.d.e.c.i.n.s,
  • la structure de p.e.n.s.é.e.s des nazis : la « solution finale »,
  • un ouvrage : Mémoires du SS Pery Broad, acheté au musée et lu à mon retour en France, et
  • MA RAGE DE COMPRENDRE !!!!!

Note : les mots médecins et pensées sont écrits avec des points car pour moi, c’est juste impossible de les écrire entièrement : un barbare torture et un nazi extermine, un médecin soigne et un être humain pense, n’est-ce pas ?!!!!

UNE EXPRESSION ME VIENT SOUVENT EN TÊTE : « le rejet des différences dans notre humanité ».

Il faut être comme ci, comme cela, ou comme… nous. Les « pas comme nous » ne méritent pas de vivre. Les différents, en minorité ou pas, doivent mourir car ils ne nous ressemblent pas, ils n’ont pas le droit à la Vie. Horreurs.

Dans le talmud juif (il me semble) : « un homme qui sauve une vie sauve l’humanité ». Ce qui me donne envie d’ajouter une suite personnelle : « un être humain qui enlève une vie détruit l’humanité ». Lire humanité avec deux sens : ensemble des êtres humains et l’ensemble des caractéristiques qui fait que l’on est un être humain.

Construisons, façonnons mais ne détruisons pas, apprenons à (juste) déconstruire…

Mon ressenti du moment : rage, dégoût et chagrin XXX…L.

Historiquement vôtre.

Sonia Kanclerski

Dernière mise à jour : 27/01/2015 à 12 h 30.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *